Le programme MBSR pour le personnel hospitalier est plus efficace qu’un programme de gestion du stress

Facebookinstagrammail

Le stress lié au travail est une cause majeure d’insatisfaction des employés, d’absentéisme, de turn-over du personnel et de problèmes de santé (physiques et/ou psychiques). Les professionnels de santé hospitaliers sont confrontés à un certain nombre de stress importants liés à leur travail, notamment en lien avec les exigences physiques, cognitives et émotionnelles liées aux soins de personnes gravement malades.

Les hôpitaux peuvent bénéficier d’interventions conçues pour réduire le stress professionnel, et ainsi diminuer le turn-over du personnel et prévenir l’épuisement professionnel (burn-out) et l’apparition d’autres problématiques de santé.

Errazuriz et coll. [Journal of Psychiatric Research] a testé l’efficacité d’une intervention basée sur la méditation pleine conscience sur la détresse psychologique des professionnels de santé hospitaliers par rapport à un cours de gestion du stress ou à un groupe contrôle en liste d’attente. Les chercheurs ont assigné au hasard 105 professionnels hospitaliers non médecins chiliens (âge moyen = 40 ans; 98% de femmes) à un programme de réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR), à un cours de gestion du stress ou sur liste d’attente. 23% (soit environ un quart) des participants répondaient aux critères de de détresse psychologique. Les groupes MBSR et de gestion du stress se sont réunis en séances de groupe hebdomadaires de 2 heures pendant 8 semaines. L’intervention MBSR a suivi le protocole MBSR habituel sans la retraite d’une journée. Le cours de gestion du stress était un programme hospitalier préexistant composé de conférences, de soutien interpersonnel et d’activités expérientielles sur des sujets tels que la visualisation des forces, la relaxation, les soins personnels, la résilience et la recherche de soutien social. Les participants ont été évalués au départ, après l’intervention (8 semaines après le départ) et à 4 mois de suivi sur des mesures d’auto-évaluation de la détresse psychologique générale et professionnelle, de la satisfaction au travail, du stress perçu et de la pleine conscience (Five Facet Mindfulness Questionnaire, FFMQ). Le dosage du cortisol salivaire, une hormone du stress, a été recueilli trois fois au cours d’une seule journée au départ et après l’intervention. L’attrition (l’absence de suivi lors des visites de contrôle de l’étude) des participants était élevée, 73% ayant complété au moins une mesure après l’intervention et 50% ayant terminé au moins une mesure au suivi.

Les résultats immédiats après l’intervention ont montré que le groupe MBSR avait beaucoup moins de détresse psychologique et a rapporté une plus grande satisfaction au travail que les groupes de gestion du stress et que le groupe en liste d’attente. Le groupe MBSR a également obtenu des scores significativement plus élevés sur les facettes du score FFMQ «décrire» et «agir avec conscience» que le groupe de gestion du stress. Au niveau biologique, le groupe MBSR avait une augmentation significativement plus faible du cortisol (hormone de stress) pendant les 45 premières minutes après le réveil du matin par rapport aux groupes de gestion du stress ou en liste d’attente.

L’étude montre que le MBSR est plus efficace qu’un cours de gestion du stress dispensé à l’hôpital pour réduire la détresse psychologique à court terme et augmenter la satisfaction au travail à court terme chez le personnel hospitalier. La plupart de ces effets n’ont pas persisté sur un suivi de 4 mois, suggérant la nécessité de favoriser le maintien de la pratique par des ateliers réguliers pour maintenir les bénéfices. L’étude est limitée par sa petite taille d’échantillon et son taux élevé d’attrition.

Référence de l’article: Errazuriz, A., Schmidt, K., Undurraga, E. A., Medeiros, S., Baudrand, R., Cussen, D., … & Figueroa, R. A. (2020). Effects of mindfulness-based stress reduction on psychological distress in health workers: A three-arm parallel randomized controlled trial. Journal of Psychiatric Research.

Source: American Mindfulness Research Association

Facebooklinkedin

Laisser un commentaire